• gérard carreyrou : journaliste

      Nous n'étions pas habitué à ce genre d'article ! >
     Sujet : Point de vue de journaliste...
     > > Mère d'assassin, fille de victime > >
    Gérard Carreyrou, le mercredi 18 février 2009 à 04:00
    > > Il y a des douleurs et des chagrins de parents qui m'émeuvent et d'autres qui m'énervent.
    > > Parlons clair : je suis sensible à la douleur des parents d'Ophélie Bretnacher qui ne peuvent pas croire au suicide de leur fille à Budapest et je n'ai aucune envie de pleurer aux côtés de la mère du condamné évadé Christophe Khider, blessé hier lors de son arrestation. Pendant 48 heures, sur plusieurs radios et télévisions, on a entendu longuement, trop longuement, cette mère plaider pour son fils et dénoncer sa vie infernale en prison où il purge une longue peine largement méritée.
    > > Je ne sais si cette mère qui s'exprime avec une élégance de style très remarquable s'est bien occupée de son fils lorsqu'il le fallait car tout commence avec l'éducation par les parents.
     > > J'en doute quand j'entends Mme Martine Monteil, un grand flic ancien chef de la brigade de répression du banditisme, expliquer que Khider, qu'elle arrêta en 1995, fait partie de ceux qu'elle qualifie de « nouveaux barbares, capables de tout sans repères ni remords ».
    > > Oserai-je dire à la mère du bandit que je souhaiterais qu'elle fasse une cure de silence radio et s'interroge plutôt sur ses responsabilités et son comportement maternel afin de nous laisser entendre une autre voix. Celle de la fille de l'homme qui fut abattu d'une balle en pleine tête en 1995 et qui a déclaré avec beaucoup de retenue :
     « C'est un tueur, il a commis un crime de sang-froid, je n'ai pas envie de m'apitoyer sur son sort, il n'est pas arrivé en prison par hasard. »
     > > Nous, les journalistes devrions, je crois, davantage entendre et répercuter le cri des victimes plutôt que la défense des criminels.
     > > Edition France Soir du mercredi 18 février 2009 page 11
    « bleu sur la bourgognepensée »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 26 Février 2009 à 02:38
    Bonjour depuis canton (Guangzhou) Sud de la chine. je te donne raison a 100% Bonne journée du jeudi amitiés de canton Qing et rené A bientôt sur: http://belgique-chine.over-blog.com La Chine hors des sentiers battus, par le tourisme.
    2
    Jeudi 26 Février 2009 à 08:49
    Mireille
    Tout à fait d'accord avec ton texte.
    3
    Jeudi 26 Février 2009 à 09:50
    Un gand journaliste qui a raison..Les victimes  sont condamnées  à mort  ..elles ne sortiront jamais plus de leur  cercueil ..alors s'attendrir, ..faut pas charrier ..

    mais c'est une maman  et une maman  reste une maman  mais  de là à excuser son fils faut pas charrier ..

    Trop souvent  on plaint  les prisonniers  mais  les victimes ou parents de victilmes on les laisse de côté .bonne journée
    4
    Jeudi 26 Février 2009 à 11:04
    fanfan
    je suis d'accord avec ce journaliste: on oublie trop souvent les victimes !!! et on plaint ces pauvres prisonniers!! après tout ils ne sont pas arrivés là par hasard, surtout les récidivistes!! bisous 
    5
    Jeudi 26 Février 2009 à 11:39
    malb
    Et combien de fois les victimes sont bafouées dans leurs souffrances...salies dans les procès...ceci afin de protéger le responsable...tout juste si la victime n'est pas responsable de la forfaiture du coupable...les avocats de la défense vont chercher à démolir la victime...
    Bravo à cet article...
    Bonne journée Cerisette.
    Bisous chaleureux.
    6
    Jeudi 26 Février 2009 à 12:45
    Louisette
    Mais oui les victimes et parents de victimes ou sont ils reconnus?
    7
    Jeudi 26 Février 2009 à 18:16
    Françoise
    ah ben oui grave ... ils sont tellement nombreux comme çà à donner la part belle à des voyous, à des vauriens de grand chemin à qui ils font plutôt une belle pub et les pauvres victimes sont laissées pour compte ! navrant, affligeant, gravement décalé ... c'est le monde à l'envers ! souvent, souvent, je dis à mon homme : si nos grands-parents revenaient ......... ils se hâteraient de repartir .... Ils seraient si effarés, ils ne voudraient pas en voir davantage !!!! quel monde, quel pays, j'ai honte !!!! bisous
    8
    Jeudi 26 Février 2009 à 19:59
    Cléo
    Entièrement d'accord! Ras le bol de tout ça! Toujours là à plaindre ces saloperies!
    Gros bisous
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :